Déclaration électorale

Les innovations technologiques et les changements démographiques bouleversent notre profession et le rythme du changement ne fait qu’accélérer i.e., les nouveaux modes de livraison de services juridiques, l’intelligence artificielle, le médias sociaux, l’analytique des données massives, les bases de données gigantesques, les chaînes de blocs. Tous ces développements présentent des occasions pour les avocats, pour les justiciables et pour l’administration de la justice, mais ils créent également de nouveaux risques et problèmes. La profession va devoir s’adapter, s’informer et s’outiller. De nouvelles normes, et de nouvelles meilleures pratiques vont émerger. Le Barreau se doit d’être un chef de file et un guide pour ses membres et pour le public. Il incombe au Barreau d’innover, d’adapter sa réglementation et d’offrir à la profession l’appui nécessaire pour naviguer et maîtriser ce nouvel environnement.

Comme président de l’AJEFO, j’ai eu le privilège d’inaugurer le Centre d’information juridique de l’Ontario et de contribuer à l’essor d’une association dynamique et crédible. Je suis également fier d’avoir été un des chefs de file du mouvement citoyen qui a mené à la modification de la loi sur la Ville d’Ottawa et la reconnaissance officielle du caractère bilingue de notre capitale.

Je pratique au sein d’un grand cabinet, mais dans un marché régional. Ma pratique en droit de la santé relève de la juridiction provinciale, mais ma pratique en droit de la concurrence est fédérale. Je pratique en français et en anglais. J’ai vécu à Toronto et pratiqué à Washington D.C., mais j’ai choisi de vivre à Ottawa. J’espère offrir cet éventail de perspectives et d’expérience à mes éventuels collègues du Conseil.

Afin d’assurer un accès égal à la justice en français, le Barreau doit appuyer ses membres francophones et francophiles et servir le public en français. Certes, il y a eu progrès depuis les dix dernières années, mais il reste du travail à faire.

À titre de professeur à temps partiel à l’Université d’Ottawa je suis bien au courant des défis auxquels sont confrontés les étudiants en droit. Je crois dans le PPD, dans son mandat particulier et dans la qualité de la formation qu’il offre. Nous devons assurer que le parcours qui mène les étudiants à la profession est bien balisé, équitable et accessible. Le Barreau devra demeurer vigilant et évaluer les effets des derniers changements qu’il vient d’apporter à la voie d’accès à la profession d’avocat. J’appuie une approche flexible adaptée aux besoins changeants de notre profession, et de ceux qui tiennent à s’y joindre.

Afin de maintenir sa crédibilité et sa pertinence, le Barreau de l’Ontario doit s’acquitter de son mandat avec transparence, équité et proportionnalité et ne jamais perdre de vu l’intérêt public. Si je suis élu, je m’engage à promouvoir et représenter ces valeurs au sein du Conseil.